Les GlutineriesSans Gluten/Sans LactoseCELIACSURE
Publicité
Courriel


Tests

Osteoporos International. Sept 2005

Maladie cœliaque et excès de fractures non-spinales chez les femmes après la cinquantaine: étude par catégories basée sur questionnaire.

Excess non-spine fractures in women aver 50 years with celiac disease: a cross-sectional, questionnaire-based study.

Charles Salt Centre, Robert Jones and Agnes Hunt Hospital, Oswestry, Shropshire, SY10 7AG, UK. minty.davie@virgin.net

Michael W. Davie, I. Gaywood, E. George, P.W. Jones, T. Masud, T. Price, G.D. Summers

Parce que les études récentes peuvent avoir sous-estimé l’association entre la maladie cœliaque (MC) et l’ostéoporose par l’étude de patients ayant peu de risques de fractures, les médecins ont récemment réalisé une étude plus étendue auprès de patients cœliaques et de patients non cœliaques.

Leur étude auprès de femmes post-ménopausées au-dessus de la cinquantaine conclut que les femmes diagnostiquées avec une MC font plus souvent face à un risque accru de fractures, comparées à un groupe de contrôle non cœliaque. L’étude considéra le risque de fractures, sauf fractures de la colonne, chez des cœliaques et un groupe de contrôle non-cœliaques en relation avec une période de temps précédent et une période de temps suivant le diagnostic de la MC.

Selon l’étude, les cœliaques démontrèrent une plus grande prévalence aux fractures (rapport de différences [RD], 1.51), intervalle de confiance [IC], 1.13:2.02) et plus de fractures après 50 ans (RD, 2.20; IC, 1.49:3.25). L’étude compara 383 femmes cœliaques avec 445 femmes non-cœliaques, tous au-dessus de la cinquantaine. L’âge des patientes cœliaques variait de 61.4 à 67.8 ans et dans le groupe de contrôle, chez les non cœliaques, de 62.7 à 69.9 ans. Les patientes cœliaques pesaient généralement moins que les patientes de même grandeur dans le groupe de contrôle.

Concernant les patientes cœliaques après 50 ans, aucun risque supplémentaire de fractures ne fut trouvé dans la période de plus de 10 ans précédant le diagnostic, mais le risque augmenta dans la période de 10 ans précédant et dans la période de 5 ans suivant le diagnostic (p<0.05).

Ajustée en fonction de la grandeur et du poids, l’instance de fractures entre les groupes fut à peu près le même, mais les cœliaques avaient plus de fractures multiples (RD, 2.96; IC, 1.81:4.83). De plus, tandis que les femmes diagnostiquées avant la cinquantaine ne démontraient pas d’excès de risque de fractures, celles ayant plus de 50 ans au moment de leur diagnostic avaient plus de risque de fractures du poignet ( p<0.05).

Alors que les femmes diagnostiquées avant l’âge de 50 ans ne font pas face à davantage de risque que leurs paires non-cœliaques, pour celles diagnostiquées après l’âge de 50 ans, le risque de fractures augmente avec les années, la plus grande augmentation statistique se produisant de 5 à 10 ans après le diagnostic.

En conséquence, les femmes délicates de plus de 50 ans ayant souffert de fractures multiples devraient être soumises à un dépistage pour la MC. En cas de diagnostic positif, elles devraient prendre des mesures pour s’assurer une consommation adéquate de calcium et de vitamine D.

 

 

 

 

 


Coin de discussion | Chroniques | Dermatite | Symptômes | Tests | La diète | À notre sujet | Liens | Plan du site

 

©2013
Tous droits réservés


Tests de dépistage

Limites des tests

Tests génétiques

Tests fécaux

Accueil

Coin de discussion


Chroniques


Dermatite H


Symptômes de la maladie coeliaque

 

Diète sans gluten

Déni de responsabilité

À notre sujet

Liens

Plan du site