Les GlutineriesSans Gluten/Sans LactoseCELIACSURE
Publicité
Courriel


Tests

AM J Gastroenterol 2001 May;96(5):1507-10

Basse prévalence des anticorps anti-gliadine et anti-endomysium pour dépister une maladie cœliaque sous-clinique ou silencieuse.

Low prevalence of antigliadin and anti-endomysium antibodies in subclinical/silent celiac disease.

Tursi A, Brandimarte G, Giorgetti G, Gigliobianco A, Lombardi D, Gasbarrini G.
      
Division de Médecine Interne, Hôpital Umberto I, Barletta, Italie.

SOSGluten.ca 28/11/2006 – Une étude italienne parue dans l’édition de mai 2001 du American Journal of Gastroenterology conclut que ”la biopsie intestinale semble être l’unique procédure pour diagnostiquer les cas de maladie cœliaque (MC) chez les patients ayant des symptômes légers ou suspectés d’avoir la MC parce qu’ils appartiennent à des groupes à risque“. Bien que les auteurs réitèrent l’importance de la biopsie intestinale pour confirmer la MC, ils le font en incluant les patients ayant des lésions histologiques de type Marsh I et II alors que dans la pratique courante, le diagnostic de MC est, malheureusement, uniquement réservé aux patients ayant des lésions de type Marsh IIIa, b, c (critère ESPGAN).

OBJECTIF: Les anticorps anti-endomysium (EMA) sont un indicateur important de maladie cœliaque, mais de récentes études montrent que la prévalence de ces anticorps dans la pratique clinique est plus basse que prévue. Le but de cette étude était de déterminer la prévalence des anticorps anti-gliadine (AGA) et anti-endomysium (EMA) auprès de séries consécutives de patients ayant une maladie cœliaque sous-clinique/silencieuse.

MÉTHODE : Nous avons étudié 115 patients consécutifs avec une forme sous-clinique (92 patients) ou une forme silencieuse (23 patients) de la maladie cœliaque. Des tests sérologiques AGA et EMA furent pratiqués chez tous les patients. L’histologie de la muqueuse intestinale fut exprimée en concordance avec la classification Marsh.

RÉSULTATS : Dans la forme sous-clinique, les résultats de l’AGA furent positifs chez 77% (14 sur 18) des patients présentant une atrophie villositaire partielle, ils furent positifs chez 84% (21 sur 25) des patients présentant une atrophie villositaire sous-totale et furent positifs chez 90% (27 sur 30) des patients présentant une atrophie villositaire totale alors que pour l’EMA, les résultats furent positifs chez 88.88% (16 sur 18) des patients présentant une atrophie villositaire partielle, ils furent positifs chez 92% (23 sur 25) des patients présentant une atrophie villositaire sous-totale et furent positifs chez 96.66% (29 sur 30) des patients présentant une atrophie villositaire totale.

Par ailleurs, les résultats de l’AGA furent positif chez 0% (zéro sur deux) des patients ayant une histologie de type Marsh I et chez 30% (3 sur 10) des patients ayant une histologie de type Marsh II alors que pour l’EMA, les résultats furent positifs chez 0% (zéro sur deux) ayant une histologie de type Marsh I et chez 40% (4 sur 10) des patients ayant une histologie de type Marsh II (Marsh I-IIIa vs Marsh IIIb-c, p = < 0.005 chez tous les patients positifs à l’AGA et p = < 0.0001 chez les patients positifs à l’EMA).

Dans la forme silencieuse, les résultats de l’IGA furent positifs chez 60% (3 sur 5) des patients présentant une atrophie villositaire partielle, ils furent positifs chez 66.66% (4 sur 6) des patients présentant une atrophie villositaire sous-totale et furent positifs chez 77.77% (7 sur 9) des patients présentant une atrophie villositaire totale alors que pour l’EMA, les résultats furent positifs chez 80% (4 sur 5) des patients présentant une atrophie villositaire partielle, ils furent positifs chez 83.33% (5 sur 6) des patients présentant une atrophie villositaire sous-totale et furent positifs chez 88.88% (8 sur 9) des patients présentant une atrophie villositaire totale.

Par ailleurs, les résultats de l’AGA furent positif chez 0% (zéro sur un) des patients ayant une histologie de type Marsh I et chez 0% (zéro sur deux) des patients ayant une histologie de type Marsh II aussi bien que pour l’EMA, les résultats furent positifs chez 0% (zéro sur un) ayant une histologie de type Marsh I et chez 0% (zéro sur deux) des patients ayant une histologie de type Marsh II (Marsh I-IIIa vs Marsh IIIb-c, p = < 0.001 chez l’ensemble des patients positifs à l’AGA et p = < 0.007 chez les patients positifs à l’EMA).

CONCLUSIONS : Présentement, la biopsie intestinale semble être l’unique procédure pour diagnostiquer les cas de maladie cœliaque suspectés, spécialement chez les patients ayant des symptômes légers ou suspectés d’avoir la MC parce qu’ils appartiennent à des groupes à risque.

 

 


Coin de discussion | Chroniques | Dermatite | Symptômes | Tests | La diète | À notre sujet | Liens | Plan du site

 

©2013
Tous droits réservés


Tests de dépistage

Limites des tests

Tests génétiques

Tests fécaux

Accueil

Coin de discussion


Chroniques


Dermatite H


Symptômes de la maladie coeliaque

 

Diète sans gluten

Déni de responsabilité

À notre sujet

Liens

Plan du site