Les GlutineriesSans Gluten/Sans LactoseCELIACSURE
Publicité
Courriel


Tests

Fertilité et Grossesse chez les Femmes Cœliaques

Fertility and Pregnancy in Women with Celiac Disease

Par Michelle Melin-Rogovin


SOSGluten.ca 2002 - Dans le cadre du Programme de Maladie Cœliaque à l’université de Chicago, nous recevons souvent des questions de la part de femmes cœliaques en début de grossesse. De façon surprenante, les questions de ces femmes tournent toujours autour du sujet suivant à savoir s’il faut maintenir ou pas la diète sans gluten (SG) durant la grossesse. La majorité des femmes croient, de façon erronée, que la diète SG privera leur fœtus des nutriments qu’il a besoin pour se développer et portera atteinte à la croissance du bébé. En fait, pour une cœliaque enceinte, la meilleure et l’unique option à envisager pour sa santé et celle de son enfant est de demeurer fidèle à la diète SG. Celle-ci fourni, aux femmes enceintes ainsi qu’à leurs bébés, tous les nutriments nécessaires à la croissance et à la santé.

Heureusement, pour toutes les personnes concernées, il existe d’excellentes études, portant sur la fertilité, la grossesse et la maladie cœliaque (MC) effectuées par les chercheurs les plus réputés de la planète. Même si ces importantes études ont davantage porté sur les femmes, il est important de noter que ces études ont établi (depuis 1950) que l’homme souffre aussi d’infertilité causée par la MC non-diagnostiquée.


Maladie Cœliaque et Fertilité

Jusqu’à date, les études indiquent une incidence de MC, chez les femmes ayant un problème d’infertilité inexpliquée, évaluée entre 4 et 8%. Alors qu’un certain nombre d’études ont démontré que l’infertilité inexpliquée peut être traitée avec succès grâce à la diète SG, d’autres études ont démontré que des facteurs autres que la malabsorption des nutriments engendrent aussi l’infertilité de même que l’apparition retardée des menstruations ainsi que la ménopause précoce.

Dans deux importantes études de contrôle, des chercheurs examinèrent l’incidence de l’apparition retardée des menstruations, de l’aménorrhée (cessation du cycle menstruel pour de courtes périodes) et de la ménopause précoce. Parmi les femmes cœliaques recrutées pour ces deux études, certaines suivaient une diète SG et certaines autres consommaient du gluten.

Ils trouvèrent que les femmes qui consommaient du gluten débutaient leur cycle menstruel jusqu’à un an et demi plus tard que les femmes suivant une diète SG. De plus, les chercheurs révélèrent que jusqu’à 39% des femmes consommant du gluten éprouvaient des périodes d’aménorrhée comparativement à seulement 9% dans le groupe des femmes suivant une diète SG. Comme vous vous y attendez, les études révélèrent que les femmes cœliaques consommant du gluten débutaient leur ménopause entre quatre et cinq ans plus vite que celle suivant une diète SG.

Les chercheurs qui étudièrent les femmes souffrant d’infertilité découvrirent que celle-ci ont des résultats positifs aux tests de dépistage des anticorps pour la MC à un taux qui est dix fois plus élevé que la population en général. Ils ont aussi fait la démonstration que les femmes confrontées à un problème d’infertilité et qui sont diagnostiquées cœliaques ne démontrent pas toujours d’évidence de carences en fer, en B12 ou en acide folique, ce qui signifie qu’il y a d’autres explications relativement à la MC et au développement de l’infertilité.

La maladie cœliaque et la grossesse

Les chercheurs ont aussi étudié l’effet de la diète SG sur les femmes cœliaques enceintes pour déterminer, dans l’ordre, tout impact sur le développement du fœtus et sur l’aboutissement de la grossesse.

Dans une étude portant sur 25 patientes et 60 grossesses, les chercheurs découvrirent que 21% des femmes qui consommaient du gluten avaient vécu une fausse couche et que chez 16% d’entre elles, leurs fœtus avaient éprouvé des troubles de croissance. Les chercheurs remarquèrent aussi dans l’étude, que des grossesses s’étaient cependant déroulées avec succès avant et après les diagnostics de plusieurs de ces femmes.

Dans une importante étude Danoise incluant 211 enfants et 127 mères cœliaques, les chercheurs découvrirent que le poids moyen des bébés à la naissance était significativement plus bas chez les bébés nés de mères cœliaques consommant du gluten comparativement à celui des bébés nés de mères n’ayant aucune maladie cœliaque. Curieusement, cette même étude révéla que les femmes cœliaques suivant une diète SG donnèrent naissance à des bébés de poids supérieur à ceux nés de mères non-cœliaques!

Dans une étude de contrôle qui examinait l’effet de la diète SG sur la grossesse et l’allaitement, les chercheurs découvrirent que les femmes cœliaques qui consommaient du gluten vivaient une fausse couche à un taux de 17.8% comparativement à 2.4% chez les femmes cœliaques suivant une diète SG. Les chercheurs découvrirent qu’il n’y avait pas de différence dans l’occurrence de problèmes de grossesse et de fertilité chez les cœliaques présentant la forme sous-clinique (tests sérologiques positifs, biopsie négative) ou clinique (tests sérologiques positifs, biopsie positive).

Finalement, chez un groupe de femmes ayant une MC qui avaient eu plusieurs grossesses, les chercheurs regardèrent l’effet de la diète SG sur les grossesses subséquentes. Ils conclurent que l’instauration d’une diète SG à la suite d’un diagnostic de MC conduisit à une baisse de 35.6% de fausses couches, à une baisse de 29.4% de bébés trop légers et une augmentation de la période d’allaitement d’un mois et demi.

Bien que la malabsorption des nutriments ne soit pas l’unique cause de l’infertilité et des problèmes reliés à la grossesse chez les cœliaques, la diète SG demeure essentielle pour améliorer la santé des femmes cœliaques et celle de leurs bébés.



Michelle Melin-Rogovin est directrice du Programme de Maladie Cœliaque de l’université de Chicago. Mme Melin-Rogovin possède 12 ans d’expérience dans les soins de santé et l’aide aux patients, travaillant avec des enfants et des adultes qui doivent composer avec une variété de conditions médicales chroniques.

Le Programme de Maladie Cœliaque de l’université de Chicago s’adresse aux cœliaques des États-Unis ainsi qu’à leurs familles, et vise à augmenter le taux de diagnostics dans le pays par l’éducation des médecins, les services offerts aux patients, la connaissance diffusée dans le public et la recherche médicale.


Source de l’article: www.celiac.com

 

 


Coin de discussion | Chroniques | Dermatite | Symptômes | Tests | La diète | À notre sujet | Liens | Plan du site

 

©2013
Tous droits réservés


Tests de dépistage

Limites des tests

Tests génétiques

Tests fécaux

Accueil

Coin de discussion


Chroniques


Dermatite H


Symptômes de la maladie coeliaque

 

Diète sans gluten

Déni de responsabilité

À notre sujet

Liens

Plan du site