Les GlutineriesSans Gluten/Sans LactoseCELIACSURE
Publicité
Courriel


Tests

Le risque de réintroduire le gluten pour obtenir un diagnostic ferme.

par Ron Hoggan, Dr. Ed.D.

Il y a une abondance d’histoires au sujet de gens qui débutent une diète sans gluten, qui constatent une amélioration de leur condition et qui ensuite décident qu’ils veulent un diagnostic ferme de maladie cœliaque.

Premièrement, ils peuvent être sensibles au gluten sans avoir les lésions intestinales de la maladie cœliaque. C’est qu’il y a environ 12 % de la population qui est sensible au gluten alors que seulement près de 1% de la population en général a la maladie cœliaque. Un autre problème rencontré par les individus qui veulent un diagnostic est que cela peut prendre plus de cinq ans après un retour à la diète normale contenant du gluten avant que les dommages caractérisant la maladie cœliaque puissent être vus par biopsie. Après avoir amorcé une diète sans gluten, seul une biopsie positive est significative. Une biopsie négative n’élimine pas le diagnostic de maladie cœliaque.

Une variété d’opinions a été émise à propos de la quantité de gluten, de la période de temps durant laquelle on doit en absorber avant d’obtenir une biopsie définitive. La réalité est qu’aucune recommandation n’est consistante avec la littérature médicale. Certains cœliaques vont voir apparaître des dommages intestinaux à l’intérieur de quelques semaines en consommant des quantités relativement petites de gluten. De tels challenges sont suffisants pour ces individus. Cependant, plusieurs personnes ayant une maladie cœliaque ou une dermatite herpétiforme auront besoin de quantité plus grosse de gluten, sur une plus longue période pour induire des lésions caractéristiques sur la paroi intestinale. Malheureusement pour ces derniers individus, une biopsie négative après un court challenge avec du gluten peut, et est souvent, interprétée de façon erronée, comme étant un diagnostic négatif de maladie cœliaque. Les tests sanguins peuvent être inclus dans ce problème. Si, comme cela a été constaté souvent, ce sont les cœliaques lents à récupérer qui développent des lésions intestinales légères, ce sont les mêmes patients pour qui les tests sanguins sont très peu fiables.

Proclamer avoir posé un diagnostic négatif de maladie cœliaque basé sur un court challenge de gluten avec de faibles quantités est une erreur qui pourrait conduire à des conséquences sérieuses, voire même mortelles. Nous avons tendance à oublier que la consommation de gluten par une personne ayant la maladie cœliaque peut conduire à des cancers mortels ainsi qu’à une variété de maladies auto-immunes débilitantes. Toute recommandation de challenge de gluten devrait être accompagnée d’une mise en garde claire qu’une telle procédure peut laisser échapper plusieurs cas de maladie cœliaque. L’absence de tels avertissements est inexcusable.

Et que doit-on penser des gens sensibles au gluten qui ne sont pas cœliaques? L’absence de lésions intestinales n’élimine pas les dommages induits par le gluten à d’autres tissus, organes et systèmes. Dans cette sphère, l’information basée sur la recherche et les preuves manque gravement mais nous savons que la gliadine non-digérée ou partiellement digérée peu endommager une grande variété de cellules humaines. De cette façon, seulement le fait de consommer du gluten et d’avoir une augmentation de la perméabilité intestinale causée par les dommages induits par le gluten peut être un facteur dans un nombre presque infini de problèmes de santé.

Il y a des réponses partielles à ce problème. Une, que j’ai soulevée antérieurement, est d’utiliser le challenge rectal du Dr Michael N. Marsh pour le diagnostic de la maladie cœliaque, particulièrement quand les individus ont déjà amorcé une diète sans gluten. Ce test permet un diagnostic définitif de la maladie cœliaque jusqu’à six mois après le début de la diète sans gluten. Cela pourrait détecter plusieurs patients cœliaques qui ont constaté une amélioration à travers la diète et maintenant veulent un diagnostic. Un autre morceau du casse tête est le test pour les anti-corps anti-gliadine IgG. Même si ces anti-corps sont considérés “non-spécifiques”, ils identifient sans équivoque une réponse immunitaire à l’un des aliments les plus communs dans la diète régulière en Amérique du nord.

Alors, si ces individus (non cœliaques mais sensibles au gluten) peuvent ressentir une amélioration de leur santé avec une diète sans gluten, nous n’en savons tout simplement pas suffisamment au sujet des non cœliaques sensibles au gluten pour faire plus que recommander qu’ils poursuivent leur diète puisque celle-ci fait qu’ils se sentent mieux.

 

 

Ron Hoggan est auteur, enseignant, a été diagnostiqué cœliaque et demeure au Canada. Il est co-auteur avec le Dr James Braly du livre “Dangerous Grains”

La page web de Ron est : http://www.dangerousgrains.com/.

 

 


Coin de discussion | Chroniques | Dermatite | Symptômes | Tests | La diète | À notre sujet | Liens | Plan du site

 

©2013
Tous droits réservés


Tests de dépistage

Limites des tests

Tests génétiques

Tests fécaux

Accueil

Coin de discussion


Chroniques


Dermatite H


Symptômes de la maladie coeliaque

 

Diète sans gluten

Déni de responsabilité

À notre sujet

Liens

Plan du site