Les GlutineriesSans Gluten/Sans LactoseCELIACSURE
Publicité
Courriel


Tests

Des niveaux d’homocystéine anormalement élevés dans la maladie cœliaque pourraient-ils être impliqués dans le phénomène de Raynaud?

 

SOSGluten.ca – 04/07/08  Le phénomène de Raynaud doit son nom au médecin français Maurice Raynaud qui fut le premier à décrire cette maladie vers le milieu des années 1800. Cette affection est également appelée «maladie de Raynaud» ou «syndrome de Raynaud». Le phénomène de Raynaud est une maladie qui fait que le sang atteint plus difficilement certaines parties du corps. Cela se produit parce que les vaisseaux sanguins situés sous la peau se resserrent. Lorsque le sang n’atteint pas certaines parties du corps, elles peuvent devenir bleues et froides. Le phénomène de Raynaud touche le plus souvent les doigts et les orteils. Il peut aussi affecter les oreilles et le nez.

Alors que plusieurs études dont une en 2002 révélaient que des niveaux plus élevés d’homocystéines sont retrouvés chez les gens atteints du phénomène de Raynaud et qu’une étude de cas en 2004 révélait qu’une maladie cœliaque non-traitée, accompagnée d’un niveau anormalement élevé d’homocystéine, était bien la cause d’un phénomène de Raynaud diagnostiquée chez une adolescente, voici qu’une étude publiée récemment fait état de niveaux anormalement élevés d’homocystéine chez les cœliaques non-traités alors que ces niveaux se régularisent chez les cœliaques traités avec une diète sans gluten. Nous vous présentons donc ici ces trois études qui soulèvent une hypothèse intéressante au sujet des taux élevés d’homocystéine chez les cœliaques non-traités et son implication possible dans le phénomène de Raynaud.

 

Vasa. 2002 May;31(2):87-90.

Niveaux d’homocystéine chez les patients atteints du phénomène de Raynaud.

Homocysteine levels in patients with Raynaud's phenomenon.

al-Awami M, Schillinger M, Maca T, Gschwandtner M, Bieglmayer C, Wagner O, Minar E.

Department of Medical Angiology, Clinical Institute for Medical Laboratory Diagnostics, University of Vienna, Austria. mahdi.alawami@akh-wien.ac.at

 

MISE EN SITUATION : Les patients atteints du Phénomène de Raynaud (PR) ont une anomalie de régulation vasomotrice, principalement causée par un mauvais fonctionnement de l’endothélium. Puisqu’il fut déjà reconnu que l’homocystéine a la capacité d’endommager les cellules endothéliales, nous avons investigué la concentration d’homocystéine plasmatique, de folate et de vitamine B12 chez des patients ayant un PR primaire ou secondaire et nous avons effectué les mêmes analyses auprès de gens en bonne santé afin de comparer les résultats.

PATIENTS ET MÉTHODES : Nous avons mesuré les concentrations d’homocystéine plasmatique, de folate et de vitamine B12 chez un groupe de gens en bonne santé (n=45) et chez des patients ayant un PR primaire (n=26) ou un PR secondaire (n=42).

RÉSULTATS : Les niveaux médians d’homocystéine chez les gens en bonne santé, chez les patients ayant un PR primaire et chez les patients ayant un PR secondaire furent respectivement de 7.9 (IQR 4.1 à 11.8) de 9.8 (IQR 5.1 à 14.4), et de 10.6 (6.0 à 15.3) mumol/L.

Les patients atteints d’un PR primaire et secondaire avaient des concentrations d’homocystéine significativement plus élevés comparativement au groupe de contrôle en bonne santé (Kruskal Wallis p = 0.01). Après avoir comparé les résultats en fonction de l’âge et du sexe, les patients atteints du PR primaire ou secondaire affichaient des niveaux d’homocystéine significativement plus élevés (Wilcoxon p < 0.0001). Il n’y avait aucune différence significative entre les trois groupes concernant les niveaux sérologiques de vitamine B12 (p = 0.9) et de folate (p = 0.2).

CONCLUSION : Ces données démontrent que les patients atteints du phénomène de Raynaud ont des niveaux plasmatiques plus élevés d’homocystéine. Aucune différence significative en folate et en vitamine B12 ne fut retrouvée entre les patients ayant un PR primaire, un PR secondaire et les sujets en bonne santé. Ces donnés suggèrent que l’homocystéine est susceptible de jouer un rôle dans le phénomène de Raynaud et qu’elle peut fournir de nouveaux indices dans la compréhension de la régulation vasomotrice déficiente.


Pol Merkur Lekarski. 2004 Nov;17(101):491-3.

Maladie cœliaque atypique chez une adolescente – rapport de cas.

Atypical celiac disease in an adolescent girl--case report

Hozyasz K, Czerwińska B.

Klinika Pediatrii Instytutu Matki i Dziecka w Warszawie. khozyasz@alpha.net.pl

La maladie cœliaque (MC) est caractérisée par une intolérance au gluten se prolongeant toute la vie. Il y a une très grande variété de présentations cliniques, allant de la diarrhée sévère et la perte de poids à des formes asymptomatiques. Le traitement de base pour la MC est le retrait du gluten de la diète alimentaire afin de prévenir à la fois les complications immédiates et à long terme.

Nous vous présentons ici le cas d’une jeune fille de 16 ans ayant une MC. À l’âge de deux ans, la patiente fut suspectée d’avoir une MC parce qu’elle éprouvait des troubles de croissance accompagnés de selles anormales. Les symptômes disparurent en suivant une diète sans gluten mais après trois ans de diète, le traitement fut interrompu. La patiente ne sembla pas manifester de symptômes intestinaux ou cutanés par la suite. À l’âge de 14 ans, une maladie de Raynaud impliquant tous les doigts et les orteils fut diagnostiquée. L’index de masse corporel (BMI) était de 23.8 kg/m2.

Les niveaux de carnitine libre, de tocophérol (vitamine E) et de vitamine B12 étaient sous les limites normales et le niveau d’homocystéine était élevé. Les résultats d’analyse sanguine à la recherche d’anticorps anti-endomysium IgA, anti-réticuline IgA, anti-gliadine IgA et IgG étaient positifs. La biopsie duodénale démontra la présence d’une atrophie villositaire totale. Une diète sans gluten accompagnée d’un supplément de multivitamines procura des bénéfices important dans la réduction du phénomène de Raynaud. Le bien-être de la patiente s’améliora de façon significative.

La MC asymptomatique est généralement vue chez des adolescents et des adultes chez lesquels les caractéristiques d’une malabsorption évidente sont souvent absentes. Dans les cas de troubles de santé survenant chez des personnes ayant un historique de syndrome de malabsorption durant l’enfance, une MC devrait être soupçonnée et une évaluation appropriée devrait être effectuée. 


Scand J Gastroenterol. 2008;43(6):682-8.

Homocystéine et niveaux relatifs des vitamines B dans la maladie cœliaque : Effets de l’exclusion du gluten et récupération histologique.

Homocysteine and related B-vitamin status in coeliac disease: Effects of gluten exclusion and histological recovery.

Dickey W, Ward M, Whittle CR, Kelly MT, Pentieva K, Horigan G, Patton S, McNulty H.

Département de Gastroentérologie, Hôpital Altnagelvin, Londonderry,

 

Objectif: L’hyperhomocystéinémie est considérée être un facteur de risque pour la maladie cardiaque (l’attaque plus particulièrement), elle fut déjà impliquée dans les fausses couches récurrentes et les fractures ostéoporiques, et est reconnue comme étant une manifestation de la maladie cœliaque (MC). L’objectif de cette étude était de comparer chez des cœliaques traités et non-traités et chez des sujets en bonne santé, les niveaux d’homocystéine et les niveaux de vitamines du groupe B (folate, B12, B6 et riboflavine) métaboliquement liés à l’homocystéine.

Matériel et méthodes : Des patients cœliaques se présentant pour une première biopsie ou pour une biopsie de contrôle (au moins 12 mois après avoir amorcé une diète sans gluten) furent répertoriés en trois groupes : 1) nouvellement diagnostiqués (non-traités; n=35); 2) atrophie villositaire persistante (AV) à la biopsie de contrôle (n=24) ou 3) plus aucune atrophie villositaire à la biopsie de contrôle (n=41). Des échantillons sanguins furent analysés pour contrôler l’homocystéine plasmatique, le folate dans le sang et dans les globules rouges, les niveaux sanguins de vitamine B12, phosphate de pyridoxale plasmatique (PLP, vitamine B6) ainsi que la riboflavine (vitamine B2).

Résultats : Les concentrations d’homocystéine furent significativement plus élevées (p=0.05) et les concentrations de folate dans le sang et dans les globules rouges furent significativement plus basses (p<0.001) chez les cœliaques non-traités comparativement au groupe de contrôle, alors que les trois concentrations étaient à des niveaux normaux chez les cœliaques n’ayant plus d’atrophie villositaire. Bien que les cœliaques non-traités et ceux affichant une atrophie villositaire persistante avaient une tendance à avoir des niveaux plus bas de vitamine B12, ceux-ci n’était pas suffisamment significatifs. Il n’y avait pas d’évidence de carence en B6 ou en riboflavine, même chez les patients non-traités. Les concentrations d’homocystéine étaient inversement associées au folate présent dans le sang (r=-0.421; p<0.001) et dans les globules rouges (r=-0.459; p<0.001) ainsi que le niveau de vitamine B12 sans le sang (r=-0.353; p=0.001).

Conclusions : L’exclusion du gluten chez les cœliaques augmente le niveau de folate et normalise les concentrations d’homocystéine. Réduire le risque de maladies associées à un taux élevé d’homocystéine est sans doute une autre raison pour diagnostiquer et traiter précocement la MC.

 

 

 


Coin de discussion | Chroniques | Dermatite | Symptômes | Tests | La diète | À notre sujet | Liens | Plan du site

 

©2013
Tous droits réservés


Tests de dépistage

Limites des tests

Tests génétiques

Tests fécaux

Accueil

Coin de discussion


Chroniques


Dermatite H


Symptômes de la maladie coeliaque

 

Diète sans gluten

Déni de responsabilité

À notre sujet

Liens

Plan du site