Les GlutineriesSans Gluten/Sans LactoseCELIACSURE
Publicité
Courriel


Tests

Une Étude du Centre de Recherches sur la Maladie Cœliaque de l’Université du Maryland place la sensibilité au gluten au centre du spectre des désordres associés au gluten.

 

Baltimore, MD – 10 Mars 2011. Les scientifiques du Centre de Recherches sur la Maladie Cœliaque de l’Université du Maryland ont prouvé que la sensibilité au gluten est différente de la maladie cœliaque (MC) au niveau moléculaire ainsi que dans la réponse du système immunitaire. L’étude publiée en ligne dans BMC Medecine, apporte la première évidence scientifique d’un mécanisme différent conduisant à la sensibilité au gluten. Elle démontre également que la sensibilité au gluten et la MC appartiennent l’un et l’autre au même spectre de désordres causés par le gluten.

«Nous avons trouvé des différences dans les niveaux de perméabilité intestinale et dans l’expression des gènes régularisant la réponse immunitaire dans la muqueuse intestinale», déclare le Dr Fasano, professeur de pédiatrie, de médecine et de physiologie à l’École de Médecine de l’Université du Maryland et également directeur du Centre de Recherches sur la Maladie Cœliaque. L’étude documente les gènes et le mode de développement – une séquence de réactions dans l’intestin grêle – possiblement associés à la sensibilité au gluten. «En identifiant et en isolant des marqueurs biologiques dans la réponse immunitaire de personnes ayant une sensibilité au gluten, nous pourrions découvrir des outils nous permettant de diagnostiquer cette condition», ajoute le Dr Fasano qui dirige aussi le Centre de Recherches en Biologie Mucosale de l’École de Médecine de l’Université du Maryland.

Chez les gens ayant une MC, le gluten déclenche une réaction auto-immune dans l’intestin grêle. Les protéines complexes présentes dans le blé, le seigle et l’orge déclenchent, chez les personnes ayant la MC, une attaque du système immunitaire contre l’intestin. Non-diagnostiquée et non-traitée, la MC peut conduire au développement d’autres désordres auto-immuns comme l’ostéoporose, l’infertilité, certains désordres neurologiques et dans de rares cas, le cancer.

La sensibilité au gluten, contrairement à la MC, n’est pas associée à ces conséquences sérieuses. Les symptômes courants de la sensibilité au gluten sont des douleurs abdominales (comme celles observées dans le syndrome de l’intestin irritable), fatigue, maux de tête, difficultés de concentration ou fourmillements dans les extrémités. Il y a aussi une évidence qu’un sous-groupe de patients schizophréniques et autistiques puisse être affecté par la sensibilité au gluten.

Le Centre de Recherches sur la Maladie Cœliaque estime qu’il y a approximativement 6% de la population américaine ou 18 millions d’américains souffrant de sensibilité au gluten. Ce groupe présente plusieurs des mêmes symptômes affectant les cœliaques mais les individus sensibles au gluten ont habituellement des tests sérologiques négatifs pour la MC et ne présentent pas les dommages intestinaux typiques de la MC.

«Imaginez l’ingestion de gluten dans un spectre», dit le Dr Fasano. «À une extrémité du spectre vous avez des gens ayant la MC qui ne peuvent tolérer une seule particule de gluten dans leur diète. À l’autre extrémité, vous avez des gens chanceux qui peuvent consommer de la pizza, de la bière, des pâtes et des biscuits sans que leur santé en soit affectée. Au centre du spectre, il y a cette zone obscure de réactions au gluten incluant la sensibilité au gluten. C’est là que nous regardons pour trouver des réponses  concernant la meilleure façon de diagnostiquer et traiter ce groupe récemment identifié comme étant des individus sensibles au gluten», dit le Dr Fasano.

«Le Centre pour la Maladie Cœliaque est à l’avant-garde de l’effort pour une meilleure compréhension du spectre de désordres causés par le gluten», affirme E. Albert Reece, M.D., Ph.D., M.B.A, vice-président pour les affaires médicales de l’Université du Maryland. «Je n’ai aucun doute que de nouvelles études conduiront à de nouveaux outils permettant de diagnostiquer et de traiter ceux qui souffrent de sensibilité au gluten».

La présente étude fut conduite en collaboration avec l’École de Médecine Johns Hopkins, le Département Expérimental de Médecine de l’Université de Naples en Italie et l’Institut des Sciences Alimentaires d’Avellino en Italie. Cette étude, publiée dans BMC Medecine porte pour titre : «Divergence of Gut Permeability and Mucosal Immune Gene Expression in Two Gluten-Associated Conditions: Celiac Disease and Gluten Sensitivity.»

Depuis plus d’une décennie, le Centre de Recherches sur la Maladie Cœliaque de l’École de Médecine de l’Université du Maryland est sur la ligne de front pour l’éducation, la recherche, le diagnostic et le traitement de la MC. Une vaste étude en 2003, conduite par le Centre de Recherches pour la Maladie Cœliaque, a estimé qu’une personne sur 133 aux États-Unis souffre de la MC. En 2000, le Centre de Recherches pour la Maladie Cœliaque a développé un test sanguin qui est utilisé pour identifier la maladie. Fondé en 1995, le Centre de Recherches pour la Maladie Cœliaque est une chef de file international dans la promotion de l’avancement des connaissances sur la MC afin de prodiguer de meilleurs soins, procurer une meilleure qualité de vie et davantage de support à la communauté de cœliaques à travers le monde.

 

Source: Université du Maryland


 

Autres nouvelles

 

 

Coin de discussion | Chroniques | Dermatite | Symptômes | Tests | La diète | À notre sujet | Liens | Plan du site

 

©2013
Tous droits réservés


Tests de dépistage

Limites des tests

Tests génétiques

Tests fécaux

Accueil

Coin de discussion


Chroniques


Dermatite H


Symptômes de la maladie coeliaque

 

Diète sans gluten

Déni de responsabilité

À notre sujet

Liens

Plan du site